pints and crafts

Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihil expetendis in mei. Mei an pericula euripidis, hinc partem ei est. Eos ei nisl graecis, vix aperiri elit

Get social:

Où nous trouver?

2 rue de la Source
Zone l’Arche
68790 Morschwiller-le-Bas

Restaurant ferme des moines
Route de Thierenbach
68500 Jungholtz

a

Brasserie du Rhin

Réouverture bars, restaurants, hôtels. Une URGENCE économique et sociale.

Monsieur le Préfet,Madame, Monsieur, les élus, représentants institutionnels,….  
J’ai eu l’occasion ces derniers jours de m’entretenir avec de nombreux restaurateurs, cafetiers,…. et bien évidemment ceux qui comme moi sont des producteurs. Manifestations, rassemblements sportifs, concerts, vie associative,…. annulée, c.à.d ce qui représente plus de 70% de notre chiffre d’affaire.  
3 mois. C’est la durée probable que le secteur de la restauration et des bars aura attendu pour reprendre son activité. Alors que la date du 15 juin, sans être officialisée, se fait de plus en plus entendre, c’est toute une ribambelle de mesures sanitaires qui pleuvent sur les réseaux et chaînes d’infos. Pourtant, ces choix dicteront les conditions de vie ou de mort d’un secteur riche et dynamique qui fait la fierté de nos villes et villages. Les pouvoirs publics feront-ils les bons choix pour ce qui représente aujourd’hui près de 10 % du marché du travail en France ?
Si les mesures mises en place sont trop draconiennes, nous aurons l’effet inverse. L’attitude des clients est très importante.

Le chiffre d’affaire coupé au hachoir : moins de clientèle et des frais fixes plus nombreux.

Une jauge coupée en deux, c’est au moins la moitié du CA d’un restaurant, d’un bar,…. qui disparaît. Et cela, c’est en oubliant que l’aspect anxiogène des conditions sanitaires mises en place et les répercutions de la crise sur le « budget plaisir » des Alsaciens auront également un impact sur la fréquentation des restaurants et bars.

Un gérant, devra en plus de ses frais fixes courant, ajouter un investissement :

  • En matériel de protection individuel pour sa clientèle et son équipe
  • Sur les matières premières de ses plats, les prix des produits alimentaires ont augmenté de 9% entre mi-mars et fin avril.
  • En communication, pour réinstaurer l’habitude du repas au restaurant à sa clientèle.

Tout cela, avec une clientèle qui même si elle répond présent au déconfinement, sera au maximum 2 fois moins nombreuse en salle.

Soyons clair, il y a urgence à rouvrir pour le secteur économique que nous sommes sans nous écraser avec des mesures sanitaires qui continueront à accroître la psychose du corronavirus. Il faut revenir à une vie normale avec un minimum de précautions. Il y a une responsabilisation collective que nous ne pouvons porter tout seul.

Quelques suggestions :

À Vilnius, capitale de la Lituanie, la mairie a su répondre aux besoins des bars et restaurants en offrant des espaces sur la voie publique à ces derniers pour installer des tables jusqu’en septembre. Ainsi, l’espace perdu en salle est retrouvé dans la rue. L’étalement des terrasses offrant une nouvelle expérience qui transformera la ville en « terrasse de café géante ». 

Suppression des cartes et menus par une ardoise à poser à 1 mètre de distance. Plus de flexibilité sur les horaires de fermetures pour augmenter le nombre de services possibles. La distribution du matériel sanitaire (masques, gel) par les pouvoirs publics plutôt qu’au frais du commerce. Augmenter la durée de fermeture des terrasses le week-end, aujourd’hui limitée à minuit. Tenue d’un cahier pour noter le nom de chaque client au cas où l’épidémie repartirait.

Pour les concerts à l’extérieur, il faut là aussi trouver une solution. Dans mon cas, pas de concerts pas de rentrée significative de chiffre d’affaires. Nous avons perdu avril et surtout mai.

Cette crise est un marathon de réflexion pour les pouvoirs publics. Chaque décision pensée trop vite laisse des activités ou des gens sur le bas-côté.

Pour les artisans, petits commerçants…. qui vivont principalement de la vente directe nous sommes aussi largement pénalisés par les grandes surfaces qui elles ont pu continuer à vendre disons le clairement de tout.

Je plaide clairement pour une réouverture dès le 2 juin. Car entre la réouverture et le moment où la clientèle reprend une certaine normalité il va de nouveau s’écouler un certain temps.

Ne nous laissez pas mourir, comme pour beaucoup d’artisans et commerçants, c’est toute notre argent personnelle que nous avons investi dans notre affaire.

POST A COMMENT