ACTUALITES

PHOTO brasseur Quelle est la différence entre une bière industrielle et une bière artisanale ?

La boisson à mousse dispose actuellement d’une dimension planétaire mais pour les puristes amateurs de bières, l’origine, la qualité et la provenance sont les critères primordiaux sur lesquels reposent leur choix. Il existe 2 catégories de bières: la bière industrielle et la bière artisanale. La bière ARTISANALE connait actuellement un grand engouement pour la qualification de bière de terroir.

Quels sont les caractéristiques qui indiquent la nature industrielle de la bière ?

Une bière industrielle est surmédiatisée, disponible dans tous les points de vente et la plupart du temps est UNIFORME c’est-à-dire que sa qualité et ses caractéristiques restent les mêmes quelque soit le contenant : bouteille, fût ou cannette.

Quant aux bières artisanales, elles sont toutes le contraire de ces mousseuses industrielles. Une bière est qualifiée d’artisanale quand elle est produite par une brasserie locale, brassée suivant les procédés traditionnels et est produite à une quantité minime par rapport à la production industrielle. Nous pratiquons principalement la distribution de proximité

Nouvelle tendance: la bière de terroir. Cette qualification va normalement de soi avec la bière artisanale puisqu’elle est rattachée à sa localité. Nous revendiquons cette dénomination pour des produits de qualité, ayant du goût et permettant une grande variété de création.

Epices

Les épices et la bière.

Les épices et la bière ont toujours eu des relations privilégiées car, souvent, elles sont la base des recettes. Connaissez-vous les bières de noël, souvent brunes, fortement épicées, offrant un nez de clou de girofles, de cannelle, de poivres, de réglisse. Des bières fortes en alcool et de caractère. Une bière qui contient plusieurs épices sélectionnées offrant une palette de saveurs. Les épices et la bière ont toujours eu des relations privilégiées car, souvent, elles sont la base des recettes. De la coriandre dans les blanches de type belge, des baies de genièvres dans une saison en sont quelques exemples. Les épices sont une partie des plantes aromatiques. La partie utilisée dépendra de la plante et des épices sélectionnées. Certaines épices proviennent de la partie sous-terraine de la plante (Ail, curcuma, réglisse, raifort), d’autres de la partie aérienne (estragon, coriandre, basilic), de la fleur ou du fruit (paprika, anis étoilé, piment) ou de graines (moutarde, anis, poivre). Utilisées comme moyen de conservation, de colorant ou d’assaisonnement les épices étaient auparavant la monnaie d’échange pour les commerces internationaux. Les fameuses routes des épices entre le Moyen-Orient et l’Europe croisaient celles de la bière et quelques mariages se réalisèrent. Chaque brasseur a sa réserve d’épices.

Les épices sont, en général, ajoutées à la fin de l’ébullition afin d’en extraire tous les arômes et d’éviter de créer de l’amertume. Le principe est semblable à la préparation d’un thé. Si vous ajoutez vos feuilles de thé très tôt, votre boisson sera plus amère et moins gouteuse que si celles-ci sont ajoutées quelques minutes avant consommation. L’utilisation d’épices dans la bière est plus ancienne que le houblon (Technique développée et utilisée pour la première fois par les différentes brasseries monastiques du Moyen-âge). Afin d’offrir une bière avec des saveurs et permettre la conservation du produit (moindre qu’avec le houblon), les brasseurs du moyen-âge utilisaient des épices telles que la sauge et le safran. Il existe également des traces du passé nous indiquant qu’une cervoise gauloise contenait de la sauge et du miel.

« Le rire est à l’homme ce que la bière est à la pression. » Alphonse Allais- 1854-1905 – écrivain humoristique français